Quatrième partie






« Tout a dégénéré. La situation m'échappe. Je perds le contrôle.
Je l'aime à en crever. »




Point de vue Hailey



Je suis de nouveau dans ma cellule. Seule. Quand il est revenu à la voiture et qu'il a voulu me bander les yeux je lui ai saisi le foulard des mains et je l'ai fait moi même. J'ignore pourquoi j'ai fait ça, mais je l'ai fait. Il ne m'a pas attaché les mains comme à l'aller. Peut être qu'il a oublié. Je ne sais pas. J'aurais pu à tout moment me libérer les yeux et regarde dehors, appeler à l'aide, essayer d'ouvrir la portière ou même tenter de me repérer mais à la place je me suis allongée sur la banquette, silencieuse. Il n'a pas parlé une seule fois lui non plus. Il n'y avait rien à dire. Ou peut être trop justement. Il sait tout de moi et je voulais en savoir plus sur lui. Je crois que finalement j'aurais préféré ne rien savoir. Au début il n'était qu'un psychopathe dont je ne connaissais même pas le visage. Je n'avais qu'à le détester et avoir peur de lui. C'était facile finalement. Peur et haine. Rien de plus. Mais maintenant, je ne sais plus. Ce soir quand il m'a raconté pour ses parents j'ai réalisé qu'il ne se résumait pas seulement à un fou qui me retenait prisonnière, il avait eu une vie. Il n'est pas né le jour où il m'a enlevée. Il a vécu avant tout ça. Il a vécu avant moi. Je me demande ce qu'il se serait passé si je l'avais rencontré "avant" justement. Si nous nous étions croisés deux années avant serions nous devenu amis ou si nous nous étions bousculé par accident ce jour là au cimetière par exemple.. Est-ce-qu'on aurait appris ensemble à sourire à nouveau ? Je chasse ces idées de ma tête. Il devait déjà être probablement fou avant. Je sais que je me mens à moi même. Ce soir, là où tout le monde aurait vu un malade mental bon à enfermer moi j'ai vu un garçon de 19 ans complètement détruit. Finalement c'est moi qui suis peut être entrain de perdre la tête. Mon esprit s'embrouille encore une fois. J'ai l'impression que je passe mon temps à ça. M'embrouiller. Le fuir et m'embrouiller. M'embrouiller parce que je le fuis. Ça y est ça recommence, j'ai mal à la tête.


J'ai du m'endormir sur le chemin du retour dans la voiture car je me suis réveillée ici, sans lui. Sans lui, ces mots raisonnent étrangement dans ma tête. Je réalise qu'une image n'a pas quitté mes pensées une seule seconde depuis que j'ai ouvert les yeux : Lui à genoux sous la pluie devant cet arbre qu'il a frappé sens relâche pendant de longues minutes.






J'entends le cliquetis de la serrure, le porte s'ouvre et je me mets à trembler, j'ai peur. Je n'ai pas peur de lui mais j'ai peur de le revoir après ce qui s'est passé. Il entre, il tient une trousse de premiers secours dans sa main.


- Je dois soigner tes blessures.


Sa voix est froide et distante tout comme son regard, il se renferme dans sa bulle comme au début. Ça ne me plait pas. Je ne veux pas qu'il s'éloigne de moi comme ça. Je ne veux pas qu'il redevienne comme il était avant. Je fronce les sourcils. Il doit croire que c'est parce que je ne veux pas qu'il me soigne car quand il s'approche son regard est plus doux.


- S'il te plait Hailey, il faut vraiment que je te soigne.


Je regarde mes bras, les bandages sont mouillés et des tâches de sang apparaissent un peu partout. J'avais oublié ces blessures mais en les voyant j'ai de nouveau mal. Il a raison, il faut les changer. Je hoche la tête et pour la première fois il vient s'asseoir sur la matelas à coté de moi. Peut être qu'il ne s'éloigne pas tant que ça finalement. Je me surprends à me sentir soulagée.


- Tourne toi.


Je lui obéis. On est maintenant face à face en tailleur, la trousse pharmaceutique est posée entre nous, on se fixe. Je suis incapable de décoller mes yeux des siens. J'ai l'impression qu'on attend tout les deux quelques chose ou alors qu'on attend rien du tout justement. On se regarde et je crois que je comprends le sens de ses mots quand il me disait qu'il avait besoin de mon sourire car en ce moment même j'ai besoin de son regard sur moi. Comme pour me rassurer. Me rassurer de quoi je l'ignore, mais j'en ai besoin. On reste un long moment comme ça, silencieux à ne rien dire et quand il baisse les yeux j'ai envie de protester. Il ouvre la trousse et étend une serviette sur ses jambes croisées.


- Donne moi tes bras.


Je les lui donne, il les pose délicatement sur ses cuisses et il déroule lentement les bandages. Je sais que j'aurais du regarder mes plaies, regarder l'ampleur des dégâts si douloureux causés par le verre, causés par moi mais je suis incapable de quitter ses mains des yeux. Elles sont magnifiques. Je n'y avais pas fait attention avant mais elles sont vraiment belles. J'imagine quelques secondes ses doigts fins glisser sur les touches du piano que j'ai vu dans sa chambre. Quand il a fini de dérouler tout le tissus il passe ses doigts lentement sur chacune de mes blessures comme pour les caresser. Il ne me regarde pas, il est concentré sur ce qu'il fait, tête baissée. J'aurais pu deviner même si je ne les vois pas que ces prunelles sont grises là tout de suite. Plus ses doigts frôlent ma peau, plus je suis parcourue de frissons. J'en tremble presque. Il prend son temps, il les caresse une par une. Je ne sais pas pourquoi il fait ça mais ça ne me déplaît pas. Une dizaine au total et quand il arrive à mon poignet sa main s'immobilise et il fronce les sourcils. Je me sens coupable et quand je tente de retirer mon bras il le retient mais pas brusquement. Avec douceur. Il le serre à peine et je cède. Il lève lentement les yeux vers moi et quand je vois son regard brisé je m'en veux encore plus.


- Ne refais plus jamais ça Hailey... S'il te plait.


Il l'a juste murmuré mais ce n'était pas une simple demande, c'était une supplication. Je suis incapable de lui répondre. J'ai perdu mes mots, j'ai honte. Il ne parlait pas seulement des blessures que je me suis faite avec le miroir, mais de toutes les cicatrices que j'ai sur les bras. De tout le mal que je me fais depuis la mort de Liam. Il attrape un produit.


- Ça risque de piquer un peu.


Il me regarde désolé, avant d'appliquer un coton imbibé d'alcool sur chacune de mes entailles. Il a raison, ça pique et je serre les dents, je ne veux pas me montrer faible comme une enfant. Quand le produit touche mon poignet c'est plus fort que moi je ne peux retenir un gémissement et je retire brusquement mon bras.


- Pardon, je suis désolé.


Il a parlé précipitamment. Je trouve attendrissant cette façon qu'il a de s'inquiéter pour moi, puis je me rappelle que si j'ai cette coupure et que si j'ai mal c'est en parti de sa faute. Je le regarde un peu plus froidement que je ne l'aurais voulu, il baisse légèrement la tête et murmure :


- Donne moi ton poignet Hailey, je dois terminer.


Après plusieurs secondes d'hésitation je lui retends ma main et il continu de désinfecter la plaie. C'est vrai qu'elle est profonde, je ne m'étais pas rendu compte que j'avais appuyé autant. Il fait le plus délicatement possible je le sais mais je ne peux pas m'empêcher de grimacer et je me mords la lèvre pour me retenir de gémir encore. Une fois terminé il sort de nouvelles bandes de la boite et commence à les enrouler autour de mes bras, des poignets jusqu'au coudes. Il fronce les sourcils et souffle, je sens qu'il a envie de dire quelque chose mais qu'il ne trouve pas les mots ou qu'il ne sait pas comment s'y prendre.


- Je suis désolée.


Alors que c'est lui qui aurait du parler c'est moi qui l'ai fait à se place, les mots sont sortis tout seuls de ma bouche. Il arrête ses gestes et relève la tête vers moi surpris. Il ne comprend pas. J'ai l'impression que pour une fois les rôles sont inversés.


- De quoi ?
- De ne pas avoir tenu ma promesse. Tu m'as demandé de te promettre de ne rien faire de stupide et j'ai tenté de m'enfuir dans la forêt.


À l'évocation de ma tentative je vois ses yeux se voiler. Ça lui fait mal et je me sens minable.


- Je suis vraiment désolée...


Sa main est encore là où elle était quand il s'est stoppé. Sur mon bras. Il me regarde un petit moment comme pour chercher dans mes yeux si je suis sincère. Je le suis même si les mots sont sortis sans réfléchir je réalise que je suis réellement sincère, je m'en veux de lui avoir menti. Et je crois que je m'en veux de m'en vouloir car je ne devrais pas. Après tout si j'ai une chance de m'échapper je suis censée la saisir et ne pas en culpabiliser après. Je regarde sa main sur mon bras et je me rends compte que je tremble. J'ignore pourquoi mais je tremble. Il ne dit rien et recommence à me bander et quand il a terminé il reste tête baissée et me tiens les mains. Il caresse mes poignets avec ses pouces. Je n'ose pas bouger, pas parce que j'ai peur ou que je suis paralysée mais parce que je n'ai pas envie qu'il arrête et je me déteste pour ça mais je ne veux pas y penser maintenant. Ses doigts s'immobilisent mais il ne me lâche pas pour autant. Il finit par briser le silence.


- C'est moi qui suis désolé.


Il n'a pas le relevé les yeux, il n'en a pas le courage je crois. Je ne sais pas quoi dire ni quoi faire, je reste immobile à regarder ses mains qui tiennent les miennes. Il attend, j'attends aussi. Il me lâche et se redresse légèrement. Je suis déçue.


- Tu ne m'as jamais demandé comment.


Je ne comprends pas, il doit le voir dans mon regard car il reprend :


- Comment je t'ai emmené ici.


Je réalise qu'il a raison. C'est vrai, je ne me suis jamais demandé comment il avait fait pour m'enlever. Il me regarde intensément alors que je tente de me souvenir. Pourquoi ne me suis-je pas posé la question avant ? Ses yeux sont plongés dans les miens, il attend patiemment. Même si il est fou, détruit et psychopathe je n'ai jamais rencontré quelqu'un d'aussi patient que lui. J'essaye de me souvenir mais la dernière chose dont je me rappelle c'est d'être aller à une fête. Celle de Zayn, le petit ami de ma meilleur amie. Des images resurgissent dans mon esprit, j'ai beaucoup bu, enfin je crois. Je trouve ça étrange car je ne bois jamais. Harry me regarde toujours remettre mes idées en place. Et je comprends enfin pourquoi j'ai autant bu et pourquoi je ne me rappelle de rien.


- Tu.. Tu m'as drogué ?


Je ne sais pas pourquoi je suis si horrifiée. J'aurais du m'y attendre après tout, comment aurait il pu faire autrement. Je le vois se crisper et serrer la mâchoire comme si je venais de lui dire la pire insulte du monde.


- Pas moi, Zayn.


Quoi ? Je sais qu'il a essayé de se contrôler mais il a prononcé ces mots d'une voix dure et pleine de haine.


- Qu... Quoi ?....
- C'est cet enfoiré qui t'a drogué Hailey, pas moi.


Je suis totalement perdue. Zyan m'a drogué ? Mais pourquoi ? Je ne comprends plus rien et je crois que ma tête commence à tourner.


- Essaye de te souvenir s'il te plait.


J'essaye. J'essaye vraiment. Je me concentre de toutes mes forces et j'essaye. Des images floues resurgissent dans ma tête. Une chambre, un lit et.. Zayn. J'essaye de sortir mais ma tête tourne. Je suis sur le lit je vois Zayn sur moi. Je tente de le repousser mais je n'ai plus de force, il me dit de me laisse faire. Je ne veux pas, je crois que je pleure. Il est tiré en arrière et je ne le vois plus. Je sens des bras qui m'entourent. Tout est flou. Je vois des yeux, des yeux verts. Les siens.


- Tu... Il... Il a..


Je réalise petit à petit. Harry hoche la tête. Il m'a sauvé, il est venu à mon secours.


- J'étais hors de moi, j'ai voulu le tuer.


Mes yeux s'écarquillent, il se reprend rapidement.


- Non je ne l'ai pas tué rassure toi, même si il le méritait.


Il a dit la dernière partie de sa phrase avec colère et moi j'accumule toutes ces informations. Est-ce la seule fois où il m'est venu en aide ? Mon esprit s'embrouille encore une fois et durant une fraction de seconde il n'a plus l'image du méchant mais du gentil. C'est trop pour moi en peu de temps. Je crois que j'ai besoin de rester seule. De dormir, oui j'ai besoin de dormir. Je ne sais pas si c'est parce qu'il l'a compris mais il se lève et me dit qu'il reviendra plus tard. Au moment où il passe la porte je le rappelle, il se tourne vers moi.


- Merci...


Je lui ai juste murmuré, il hoche la tête puis il s'en va en refermant la porte derrière lui. Je m'allonge et je ferme les yeux. Je ne veux plus penser à rien. Il y trop de choses et je veux les fuir. Je veux juste dormir. Je veux juste tout oublier.






Quand la porte s'ouvre de nouveau je suis encore ensommeillée mais la panique et la peur me gagnent immédiatement quand je réalise qui se tient debout au milieu de la pièce. Ce n'est pas Harry. C'est son frère.


- Bonjour Hailey.


Je me redresse en vitesse et tente de courir vers la porte. C'était idiot je le sais mais la panique m'empêche de réfléchir. Il me bloque le passage d'un seul bras, sans même bouger. Comment ai-je pu croire que je pouvais lui échapper aussi facilement.


- Hey, hey, hey, où comptes tu aller comme ça ?


Je tente de dégager son bras mais il l'entoure autour de ma taille et sans que avoir le temps de réagir je me retrouve plaqué contre lui, mon dos contre son torse. Il me tient fermement les poignets. Je tente de me débattre mais il est trop fort.


- Je t'avais dit qu'on en avait pas fini toi et moi.


Il a murmuré ces mots contre mon oreille, je sens son souffle dans mon cou et je me mets à hurler.


- Harry !


J'aurais pu hurler n'importe quoi mais c'est son nom qui est sorti de mes lèvres dans un cri de détresse. Je crie une nouvelle fois mais sa main se plaque sur ma bouche et il me tord violemment les poignets. Je pousse un gémissement de douleur et je m'immobilise. Il me fait horriblement mal.


- Ça ne sert à rien de crier, mon frère n'est pas là. Il ne viendra pas te sauver cette fois.


Mon cœur explose. La peur me paralyse. Harry n'est pas là, il ne viendra pas.


- On va s'amuser un peu toi moi.


Sa voix est roque est perverse. Il plonge son nez dans mes cheveux je tente de me dégager mais sa prise sur mes poignets est trop douloureuse. J'ai l'impression qu'au moindre mouvement mes os vont se briser.


- Tu m'excites Hailey..


Il a chuchoté ces mots en me pinçant le lobe de l'oreille entre ses dents. Je veux hurler mais sa main m'en empêche. Les larmes coulent sur mon visage, il m'embrasse dans le cou avant de me balancer brusquement sur le matelas. Je tente de me relever mais il est déjà sur moi et me plaque sur le dos. Je lui hurle de me lâcher, je pleure, je me débats, je le frappe, je le griffe mais ça ne sert à rien. Il est beaucoup plus fort que moi. Il est beaucoup trop fort.


- Débats toi autant que tu veux, tu n'as aucune chance de m'échapper.


Sa voix est sadique. Il a réussi à arracher le haut de ma robe, il attrape mes poignets et les bloque au dessus de ma tête d'une seule main. Il s'immobilise et regarde mon soutien-gorge. Ce que je vois dans ses yeux me fait tellement peur que je cesse de me débattre, complètement terrorisée. Les larmes ravagent mes joues. Il les essuie de sa main libre.


- Shhhht.... Ça ne sert à rien de pleurer, je ne suis pas mon frère, tes larmes ne m'atteindront pas.


Il me fixe de ses prunelles azures, je suis pétrifiée. Son corps allongé sur le mien me bloque mais même sans je serais incapable de bouger tellement son regard est mauvais et effrayant.


- C'est pas bien ce que tu fais tu sais. Il est fou de toi et toi tu le fais souffrir et ça tu vois je ne le supporte pas.


Il se penche vers mon visage et me souffle à l'oreille.


- Tu n'es qu'une garce Hailey et tu sais ce que je fais aux garces ?...


Il se tait plusieurs secondes et frotte son nez dans mon cou, contre ma peau et mon oreille avant de reprendre toujours en murmurant d'une voix dure.


- Je les baise.


Et il se redresse pour arracher le reste de ma robe. Je suis en sous-vêtement devant lui. Ses derniers mots ont eu comme l'effet d'un électrochoc que et je recommence à me débattre et à crier. Il caresse mon corps brusquement, ses mains me touchent partout, il respire bruyamment. Il a relâché mes poignets et me tient fermement le visage. Ses lèvres se posent sur les miennes avec force, il m'embrasse et mes gémissement de peur et de dégout sont étouffés par sa bouche. J'ai beau tenter de le repousser de toutes mes forces, c'est inutile il me maîtrise totalement. Il grogne de plaisir et j'ai envie de vomir. Quand il défait la boucle de sa ceinture je suis horrifiée. Je perds espoir et j'ai envie de mourir. Je sais que je n'ai aucune chance contre lui, je suis à bout de force et je ferme les yeux je ne veux plus rien voir. Je veux disparaitre pour ne pas subir ça.


- Enfoiré !


Je rouvre les yeux et je vois Louis être tiré en arrière. Mon cœur explose dans ma poitrine, Harry.


- Je t'interdis de la toucher !


Il le plaque violemment au sol. Louis tente de se débattre mais Harry a le dessus, il est hors de lui. Je me recroqueville allongée sur moi même. Il le frappe encore et encore.


- Ne la touche plus jamais !


Les coups pleuvent. Je pleurs, je tremble. Et il frappe encore. J'ai l'impression qu'il ne va jamais s'arrêter. Il hurle, il l'insulte, il est enragé. Il va le tuer.


- Espèce d'ordure !


Le voir comme ça me fait peur. Il est hors de lui, il a perdu le contrôle. Un gémissement terrifié sort de ma bouche, il tourne sa tête vers moi. Son regard est plus noir que jamais. Un regard de tueur qui me glace le sang mais quand il me voit, quand il voit mon état j'ai l'impression qu'il sort de sa transe. Il relève son frère et le plaque contre le mur. Le visage de Louis est en sang.


- Tu poses encore une seule fois tes mains sur elle tu es un homme mort. Tu m'entends ? Un homme mort.


Sa voix est glacée, terrifiante, il fixe son frère et même si je ne vois pas ses yeux je peux deviner leur expression. De la haine à l'état pur. Il finit par le lâcher et Louis part sans demander son reste. Il reste un moment à fixer la porte comme pour s'assurer qu'il est bien parti. Son dos se soulève frénétiquement au rythme de sa colère. Il tente de se calmer. Quand il se tourne vers moi ses yeux s'écarquillent comme si il se reconnectait brusquement à la réalité et quand il voit dans quel état je suis il se précipite immédiatement vers moi.


- Mon dieu...


Il murmure. Il sort sa chemise et l'enroule sur mon corps. Ses mains tremblent, il ose à peine me toucher et c'est moi qui je me jette dans ses bras. J'ai besoin de lui. J'ai besoin de me sentir en sécurité. Il me serre contre lui en s'asseyant sur le matelas. Je pleures, je ne peux pas m'arrêter.


- Je suis tellement désolé Hailey..


Je suis incapable de parler, je me raccroche à lui de toute mes forces, j'ai la tête enfouie dans sa poitrine. Il me serre plus fort contre lui, je me blotti contre son torse.


- Je suis là, shhht.. Calme toi.


Il me berce et me caresse les cheveux. Mon corps convulse à cause de mes pleures.


- C'est fini Hailey, shhht calme toi, c'est fini. Je suis là, C'est fini.


Il pose son menton sur ma tête et resserre son étreinte autour de moi. Il me caresse les cheveux et me berce toujours. On reste un long moment ainsi, une heure peut être, je ne sais pas. Je suis sous le choc, traumatisée. Mais il est là, il est venu me sauver, il est là et je me raccroche à lui comme à une bouée de sauvetage. Je suis dans ses bras, incapable de le lâcher et petit à petit je finis par me calmer. J'arrête de pleurer mais je le tiens toujours. J'ai la tête posée contre sa poitrine je sens les battements de son cœur contre ma joue. Il doit croire que je me suis endormie car je le sens m'allonger délicatement. Il veut se relever. Quoi ? Non non non je panique, je gémis, je m'accroche à lui. Je t'en supplie ne pars pas. Ne me laisse pas. Il me regarde dans les yeux quelques secondes et il comprend.


- Je suis là, je reste là, calme toi Hailey... Je reste là.


Il essaye de bouger mais je suis effrayée, je tire sur son t-shirt. Non ne pars pas. Mes yeux fixent les siens, suppliants.


- Shhht, non calme toi, je n'allais pas partir, regarde je vais m'allonger avec toi d'accord ?


Je suis tellement paniquée que je ne fais attention à rien sauf au fait qu'il ai voulu se relever. Je me crispe et le serre encore plus fort. Ne pars pas. Il attrape mon menton pour me forcer doucement à le regarder dans les yeux. Il me parle d'une voix lente et douce.


- Regarde moi Hailey. Je suis là, on va s'allonger toi moi, tout les deux. Je ne vais pas partir je te le promets.


Il cherche à me rassurer. Il me regarde dans les yeux, il attend que j'assimile ses paroles. Je les comprends enfin, il ne va pas partir. Je hoche légèrement la tête et lentement il nous allonge tout les deux et rabat la couverture sur nous.


- Là voilà.. Viens contre moi.


Je suis dos à lui et me blotti le plus possible contre lui, il encercle mon corps de ses bras et me rapproche encore plus. Je plis mes jambes, les siennes suivent le mouvement et rejoignent les miennes. On est roulé en boule tout les deux. Ensemble. Il pose son menton sur le haut de mon crâne, son nez enfoui dans mes cheveux. J'agrippe ses mains et entrelace mes doigts aux siens de toutes mes forces. Ne me laisse pas.


- Je suis là, n'ai pas peur..


Je sens sa chaleur contre moi, il me serre contre lui. Mon corps tremble contre le sien.


- Je suis là Hailey, je ne partirais pas je te le promets.


Il me murmure des paroles réconfortantes et le souffle de sa respiration dans mes cheveux m'apaise. Il resserre encore son étreinte. Il est là. Il est là et il ne partira pas. Il ne m'abandonnera pas. Il est là. Je suis dans ses bras, rien ne peut m'arriver. Il est là. Je suis en sécurité. J'essaye de lutter mais je me sens vide intérieurement, mes yeux se ferment lentement et je sombre dans le noir.






Ses yeux bleus me fixent, Ses mains se promènent sur mon corps, je tente de le repousser. Ses lèvres embrassent mon cou, chaque parcelle de ma peau. Je me débats, je tente de le mordre, de le griffer. Je hurle.


- Hailey.


Ses bras essayent de m'immobiliser, je ne me laisse pas faire, je pleure.


- Hailey c'est moi.


Ne me touche pas. Ses mains sont posées sur mes épaules. Je me débats toujours, je lui hurle de me lâcher.


- Hailey ouvre les yeux, calme toi, tout va bien c'est moi. C'est moi, c'est Harry.


Harry ? J'ouvre les yeux et cesse de me débattre. Il est là au dessus de moi et il me fixe inquiet. C'est Harry.


- Tout va bien Hailey, c'est moi.


Des prunelles vertes, pas bleues. C'est Harry pas Louis. Je tente de reprendre ma respiration. Je tremble.


- Là.. Calme toi.. Ce n'était qu'un cauchemar.


Je respire. Ce n'était qu'un cauchemar, il est toujours sur moi, je crois que c'était pour m'immobiliser pendant mon cauchemar. Il me regarde intensément.


- Tout va bien Hailey.. Tout va bien.


Non tout ne va pas bien. Une espèce d'ordure a essayé d'abuser de moi et c'est de ta faute. Tu n'étais pas là. Tu m'as abandonné. Je ne devrais pas être là. Comment oses-tu me dire que tout va bien. La colère me gagne et je me redresse brusquement ce qui lui fait avoir un mouvement de recul. Tout ne va pas bien, rien ne va. Je perds le contrôle et je me jette sur lui.


- Comment oses-tu me dire que tout va bien ?!


Pris par surprise il a basculé sur le coté, c'est moi qui suis sur lui maintenant et je le frappe.


- Je veux rentrer chez moi ! Tu n'as pas le droit de me garder ici !


Il me regarde déstabilisé, effrayé même. Je le frappe encore ou du moins j'essaye car il saisi mes poignets mais comme il ne les serres pas à cause de mes blessures je me libère facilement et je recommence à le frapper.


- Arrête Hailey !
- Je te déteste !


Je n'arrête pas, je continue. J'essaye encore et encore de le frapper. Je suis complètement hystérique, mon visage ravagé par les larmes.


- Je te déteste ! Je te déteste ! Je te déteste !


Je hurle et quand je veux le frapper encore une fois il saisi mes poignets et me retourne. En moins d'une seconde il inverse de nouveau les rôles, je me retrouve plaquée sur le matelas, lui sur moi. Je veux le repousser mais ses mains maintiennent fermement mes poignets de chaque coté de mon visage.


- Arrête ! Calme toi Hailey !
- Je te déteste !


On a hurlé tout les deux. Je suis en larmes. Son visage est proche du mien, Je vois ses yeux verts se voiler de tristesse.


- Je sais..


Il a juste murmuré mais j'ai ressenti tout son désespoir.


- Je te déteste.
- Je sais Hailey.


On a murmuré tout les deux. J'ai cessé de tenter de me débattre, on se regarde dans les yeux. Je vois sa souffrance. On respire difficilement tout les deux. Son corps sur le mien me brûle. C'est faux, j'ai menti. Je ne le déteste pas. Il libère mes poignets et reste appuyé sur ses coudes comme si il avait peur de m'écraser. Ses yeux brillent. Je l'ai vraiment blessé. Blessé par un mensonge. Il s'apprête à se relever mais je tire sur son t-shirt et relève la tête pour l'embrasser. Il est tellement surpris qu'il se redresse légèrement, il me regarde complètement perdu et désorienté. Il ne comprend pas et moi non plus. Je ne sais pas ce qu'il me prend, je ne sais pas pourquoi je fais ça mais c'est comme un besoin qui me déchire de l'intérieur.


- Embrasse moi.





Say Something



Je murmure mais il ne fait rien. Il me regarde encore plus perdu alors je tire encore une fois sur son t-shirt que je n'avais pas lâcher et pose mes lèvres sur les siennes. Il ne réagit pas pendant plusieurs secondes puis il finit par céder et m'embrasse à son tour. On aurait pu s'attendre à un baiser tendre mais ce n'est pas le cas. C'est tout le contraire, c'est un baiser violent, toute notre souffrance passe à travers lui. J'ai passé mes bras autour de son cou et je le plaque contre moi. Il est appuyé sur ses coudes et ses mains tiennent mon visage. On tremble tous les deux et j'aime son gout de menthe dans ma bouche. On libère toute notre frustration. C'est un baiser de détresse, un baiser qui nous emporte tout les deux. On finit par s'arrêter à bout de souffle. Il se redresse légèrement ses yeux plongés dans les miens, on reprend notre respiration lentement.


- Hailey..


Il est magnifique. Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi beau que lui. J'ai l'impression que mon cœur va exploser dans ma poitrine et pour la première depuis que je suis enfermée ici mon esprit ne s'embrouille pas. Il sait ce qu'il veut. Il le veut lui. Je le veux lui. Mes mains tremblent quand je elles attrapent le bas de son t-shirt blanc et le font lentement remonter jusqu'à lui enlever. Il est maintenant torse nu et je l'admire. Appuyé sur ses avant bras tous ses muscles sont contractés. Je ne peux décrocher mes yeux de ce spectacle tellement il est beau et quand je pose doucement mes mains sur son torse il est parcouru de frissons. Je sens son cœur battre sous mes doigts, il bat si fort, si vite, qu'il a du mal à respirer. Je regarde ses yeux, il semble pétrifié. Il a toujours tout contrôlé. Je l'ai vu en colère, je me rappelle encore de son regard meurtrier face à son frère, les coups qu'il lui a mis. Il est violent, il est fort, il serait capable de me tuer rien qu'avec une seule main si il le voulait. Il peut faire peur même très peur et pourtant en cet instant précis il semble perdu, fragile. Et c'est moi qui le rend faible. Je réalise l'emprise que j'ai sur lui. Je suis une fille, une simple fille banale et je suis la faiblesse du garçon le plus fort au monde. Je n'ai jamais eu beaucoup de considération pour moi même mais grâce à lui j'ai l'impression d'être un être exceptionnel. Je ne saurais pas expliquer ce sentiment mais il est profond. Très profond. Je le regarde et je laisse mes yeux parler pour moi. Il se penche vers moi et m'embrasse. Ses lèvres sur les miennes sont douces et sa langue joue tendrement avec la mienne. Lentement il ouvre sa chemise que je porte toujours et il se redresse pour me regarder. Ce n'est pas un simple regard qu'il pose sur moi, c'est de l'admiration. Et à travers ses yeux je me sens belle.


- Tu es magnifique..


Il a murmuré ces mots dans un souffle mais la façon dont il l'a fait m'a brûlé de l'intérieur. Je prends doucement sa main et la pose sur ma poitrine. Je veux qu'il me touche, je veux oublier le souvenir des mains violentes de son frère sur mon corps, sur moi. Je veux que ce soit les siennes. Je ne me suis jamais donnée à un garçon avant, ce sera la première fois pour moi et je veux que ce soit lui. Ses mains caresses tendrement mon corps comme si il touchait une poupée de porcelaine. Ses doigts tremblent et il a encore plus de mal à respirer. Sans que je ne m'en rende réellement compte on est tout les deux nus et la couverture nous recouvre. Il se tient au dessus de moi et me regarde. Ses yeux dans les miens cherchent à me rassurer, à se rassurer eux même. Mes mains posées sur ses bras les siennes posées de chaque coté de mon visage, il entre doucement en moi. Nos yeux ne se quittent pas, ils en sont incapables. Une fois entièrement en moi il s'immobilise, je sais qu'il a peur de me faire mal.


- Ça va ?..


Il murmure, sa voix est roque et douce à la fois. Je prends encore quelques secondes pour m'habituer à sa présence en moi avant de hocher lentement la tête. Je saurais incapable de dire lequel de nous deux tremble le plus. Quand je l'embrasse une nouvelle fois il commence de lents mouvements en moi. On dit que la première fois fait mal mais moi je n'ai pas mal, pas physiquement. Sa main caresse mes cheveux, sa tête est enfouie dans mon cou qu'il embrasse tendrement. À chacun de ses mouvements mon cœur se brise car je réalise qu'une part de moi le déteste mais qu'une autre l'aime encore plus.

...


On reprend lentement nos respirations. Nos corps sont entrelacés et ma tête repose sur sa poitrine. Il me caresse tendrement les cheveux et moi j'écoute son cœur battre, il bat vite. Je viens de vivre l'instant le plus fort de toute ma vie. On reste silencieux et je me sens bien. Je repousse toutes ces idées qui me disent que c'est mal de me sentir bien dans les bras de la personne qui m'a enlevé. Dans un dernier souffle je lui murmure : " Je ne te déteste pas Harry. " Je sens ses bras se resserrer autour de moi et je m'endors blottie contre lui.







Point de vue Harry



Je la regarde dormir, elle est magnifique. Mon corps tremble encore, il ne s'arrête pas. Elle est l'être le plus exceptionnel qui puisse exister. Son souffle paisible me caresse et c'est à ce moment là que je prends la décision la plus dure et douloureuse de toute ma vie. Je dois la laisser partir.


Je me lève le plus doucement possible sans la réveiller et quitte la pièce en silence. Louis est dans le salon, il regarde la télévision. Quand je le vois l'image de Hailey à moitié nue, pleurant et effrayée, resurgit devant moi et je me jette sur lui. Avant qu'il n'ai eu le temps de réagir je le plaque contre le mur.


- Tu l'approches encore une fois je te tue de mes propres mains.


Ma voix est remplie de haine.


- Peu importe que tu sois mon frère, Louis. Je te tuerais, je n'hésiterais pas.


Je le fixe d'un regard noir, il ne sait pas quoi dire.


- De toute façon tu n'auras plus l'occasion de lui faire du mal, je vais la laisser partir.
- Quoi ?!


Il se dégage brusquement de mon emprise.


- T'es complètement malade, tu ne peux pas faire ça elle va te balancer aux flics !


Je baisse les yeux.


- Ça c'est pas ton problème.


Je m'apprête à quitter la pièce mais il me bloque le passage.


- Tu peux pas faire ça, c'est hors de question.


Je reste immobile et ne dit rien.


- Cette pétasse t'a vraiment retourné le cerveau putain.


Il est en colère et sa voix est mauvaise. Je lui donne un violent coup d'épaule avant de m'éloigner.








Point de vue Hailey



J'ouvre lentement les yeux et un vide se crée dans ma poitrine. Il n'est pas là, je suis seule et ça me fait mal. J'évite de penser. Je remets mes sous-vêtements et sa chemise beaucoup trop grande pour moi. J'ai à peine le temps de finir de la boutonner que quand je relève la tête il est là. Il est là; à l'entrée de la pièce et mon cœur s'emballe. Il n'était pas parti. Il me sourit tendrement mais avant qu'il n'ai eu le temps de dire ou faire quoi que ce soit Louis surgit et le pousse brusquement. Mon cœur se fige, il tient un revolver qu'il pointe vers moi.


- Putain mais qu'est-ce-que tu fais ?! Dégage d'i...


Harry est en colère et s'apprête à l'envoyer chier mais quand il voit l'arme pointée sur moi, il s'arrête et blanchit en un fraction de seconde.


- Louis ?...


Sa voix n'est que panique et peur. Moi je suis pétrifiée.


- Je suis désolé mais je ne peux pas te laisser faire ça.


De quoi il parle ?


- Je t'ai déjà dit que c'était mon problème. Baisse cette arme Louis.


Je sens qu'il tente de se contrôler mais il est autant terrifié que moi.


- Je ne peux pas te laisser la libérer.


Me libérer ? Harry comptait me laisser partir...


- Pardonne moi Harry.


Ensuite tout ce passe très vite. Trop vite. La peur me paralyse et je suis incapable de réagir. J'entends Harry hurler un "non" avant de se jeter devant moi. Le coup retenti et je vois son corps s'effondrer lentement au sol.











« C'est donc ça cette peur destructrice qu'il ressent depuis le début.
Cette douleur qui arrache le cœur.
Je le secoue de me toutes mes forces.
Je t'en supplies Harry, ne me laisse pas.
Ne m'abandonne pas. »

Publié le 15/7/2014
Commenter











AsdeCoeur, posté le 2017-11-14 19:31:54

Dans cette histoire, celui qui me fait le plus de la peine c'est Louis. Il a l'air de ne recevoir aucun amour ...
Altagrace, posté le 2017-02-19 12:37:06

Il aurait du l'approcher d'une manière différente. Il aurait du la ramener chez elle après la fête et rester à son chevet jusqu'à son réveil. Et ensuite (vu qu'il est obséder) venir tout les jours grand max pour s'assurer qu'elle va bien quoi. Vu comment elle le trouve beau et tout, ça aurait forcément collé entre les deux... Mais il l'a enlevé, lui-même savait que c'était pas bien: je pense d'ailleurs que sa violence au début était due au stresse et à la culpabilité de l'avoir ramené et enfermé dans sa propre cave.
Altagrace, posté le 2017-02-19 12:37:08

Je ne sais pas quoi penser, je suis partagée là. Je continue de penser qu'elle n'aurait pas du se donner à Harry comme ça. Je pense que les deux doivent voir un psy, ils ont besoin d'aide. Louis aussi, il a de sérieux problèmes, pire qu'Harry. Je comprends l'état d'Harry et l'état d'Hailey mais je ne comprends pas le fait qu'elle se soit donner comme ça. De plus, je n'arrête pas de penser au moment devant le tribunal, Harry n'échappera pas à la prison, ça c'est sure mais est-ce que les avocats et les juges vont prendre la peine de l'écouter une fois qu'ils sauront ce qu'elle ressent pour lui? Il mettront tout sur le syndrome de Stockholm et puis basta. Cette histoire ne peut que mal se finir pour moi; et j'en suis désolée d'avance.
@Justine_Dbs36, posté le 2014-07-17 20:57:32

A non la je suis pas d'accord. T'as pas le droit tu comprends? T'as pas le droit te faire mourir Harry! T'as pas le droit de le faire mourire alors qu'il a la chance d'être enfin heureux avec Hailey! T'as pas le droit t'as pas le droit t'as pas le droit! Si il meurt je vais encore pleurer, t'as pas le droit tu m'entend? T'as pas le droit de le faire mourire, t'as pas le droit de faire une fin triste . T'as pas le droit... <3
p, posté le 2014-07-16 23:39:38

Pourquoi tu fais ça, putain?!